La Toux Du Chenil – Causes, Symptômes et Traitement Chez Le Chien

chien en reflexion

La toux du chenil, ou toux du chien, également appelée par son petit nom scientifique la trachéobronchite infectieuse (TBIC), est l’une des maladies infectieuses canines les plus répandue. Chaque année, un grand nombre de chiens sont touchés par ce virus qui se propage aisément entre congénères, sans avoir forcément besoin d’un contact direct. Si vous constatez chez votre chien des troubles de la respiration, après qu’il ait été en contact avec d’autres chiens, lisez cet article avec attention !

Qu'est-ce que la Toux du Chenil ?

Tout comme les rhumes humains peuvent être causés par de nombreux virus différents, la toux de chenil peut avoir de multiples causes. Si cette maladie est également appelée Bordetella, c’est qu’elle revêt parfois le nom de son plus fréquent coupable : la bactérie Bordetella bronchisepticaEn grande majorité, les chiens infectés par Bordetella sont parallèlement infectés par un autre virus (voir liste ci-dessous). 

Les chiens « attrapent » la toux de chenil lorsqu’ils inhalent des particules de bactéries ou de virus par leurs voies respiratoires. Ce tractus est normalement tapissé d’une couche de mucus qui emprisonne les particules infectieuses, mais certains facteurs peuvent venir altérer cette protection et rendre ainsi les chiens sensibles à la toux du chenil. Ce qui entraîne une inflammation du larynx (boîte vocale) et de la trachée.

Voici quelques facteurs aggravants :

  • Exposition à des conditions de surpeuplement et/ou de mauvaise ventilation
  • Exposition à la poussière ou à la fumée de cigarette
  • Des températures froides
  • Le stress dû aux voyages

les agents infectieux responsables de la trachéobronchite infectieuse canine

Les virus et bactérie listées ci-dessous, sont connus pour rendre nos amis chiens plus susceptibles de contracter la toux du chenil

  • Bordetella bronchiseptica ( Bb )
  • le virus parainfluenza canin (CPIV)
  • l'adenovirus canin de type 2 (CAV-2)
  • le virus de la maladie de Carré
  • l'herpèsvirus canin
  • le réovirus canin.

Transmission, et symptômes de la Toux de Chenil

Dès que deux chiens entrent en contact rapproché, il peut y avoir contamination. L’origine de la maladie se trouve dans les agents infectieux, véhiculés par l’expulsion des aérosols par écoulement nasal, quintes de toux ou bien encore par le contact directDans certaines situations, la transmission peut se faire sans contact direct (ou nez à nez)

De ce fait, le risque peut être présent dans de nombreuses situations. Les chenils, parcs à chiens, une simple rencontre hasardeuse ou bien un séjour dans un groupe de chiens sont autant d’occasions de contracter la TBIC. 

Les symptômes de la toux du chien

La toux du chenil est le plus fréquemment caractérisée par de fortes quintes de toux, répétitives et épuisantes pour le chien. 

Cependant, deux formes cliniques peuvent êtres observées

La forme simple, ne modifiera que légèrement l’état de santé général de votre chien. On constate généralement des quintes de toux sèches, possiblement suivis de vomissements, dont de légers écoulements nasaux. Le plus souvent, l’évolution est favorable. Laissant entrevoir une guérison sous 1 à 3 semaines. 

Cependant, des complications peuvent advenir dans certaines situations. Conduisant à une inflammation des voies respiratoires. 

La forme compliquée. On parlera alors de bronchopneumonie (plus rare heureusement) caractérisé par l’atteinte des poumons. Les jeunes chiots non vaccinés, et souvent hébergés au sein de mauvaises conditions hygiéniques sont les plus à mêmes d’être touchés. Dans ce cas on peut observer une altération de l’état général du chien par une fatigue anormale ainsi que de la fièvre. La toux se ressent douloureuse, humide et productive. L’écoulement nasal se fait plus épais, voire devient purulent. Sans traitements, cette forme rare conduit malheureusement fréquemment vers la mort du chien en l’espace de quelques semaines.

Pour faire court ; voici les principaux symptômes caractérisant la toux du chenil chez le chien.

  • Toux quinteuses sèches et rauque, pouvant s'ensuivre de vomissements
  • Fièvre
  • Éternuements
  • Écoulements (net et/ou yeux)
  • Perte de l'appétit
  • Fatigue anormale et récurrente

Prévention & Traitement

Il peut s’avérer délicat d’éviter une contamination dans la mesure où le contact entre chiens est nécessaire, et se fait pratiquement partout. Certains cas d’études ont pu démontrer que près de 20% des chiens ont un jour été en contact avec la toux du chenil. Et sur les chiens infectés, plus de la moitié l’aurait contracté en dehors d’un chenil !

Face à ce risque bien réel, la vaccination représente une moyen efficace de protéger votre chien contre la trachéobronchite infectieuse.

Les vaccins contre la trachéobronchite inféctieuse canine.

À ce jour, il existe plusieurs types de vaccins contre la trachéobronchite infectieuse canine : par injection sous-cutanée (le grand classique), par voies orales, ou bien certains vaccins sont administrés par voie intranasale. Cette dernière méthode permet au vaccin d’emprunter le chemin naturel du virus, permettant ainsi de bloquer les agents pathogènes à l’entrée des voies respiratoires. 

La prévention de la toux du chenil chez le chien passe par la vaccination contre l’Adénovirus (CAV) et le Parainfluenza (Pi). Cette vaccination a effectué le plus tôt possible chez le chien est associée à la vaccination contre la parvovirose et la maladie de carré

Il est par ailleurs conseillé d’effectuer une vaccination supplémentaire lors de situations à risques (départ en vacances, séjour dans un groupe de chiens inconnus, etc…). À effectuer plus de 72 heures avant le début de l’exposition à la maladie. 

Il est important de garder à l’esprit que la vaccination ne constitue pas une immunité totale. Mais en cas de contamination, cette protection diminuera l’impact de la maladie. 

Les traitements contre la toux du chenil

Dans le cas de symptômes avérés de trachéobronchite infectieuse, votre vétérinaire établira un diagnostic de la gravité de l’atteinte respiratoire de votre chien. En fonction, il décidera si  un examen clinique complet est nécessaire, permettant de définir le traitement adapté aux spécificités de votre chien.

Dans le meilleur des cas, où l’état général de santé reste correct, la guérison se fera de manière spontanée en quelques semaines. À condition d’une alimentation équilibré, entrecoupée d’un repos salvateur dans un cadre sain.

En revanche, si l’état général de votre chien est altéré, un traitement spécifique devra être mis en place. Un suivi sera alors mis en place, et en cas de non-réponse au traitement, une hospitalisation devra être envisagée.

Articles liés

Le petit guide des vaccins chez les chiens

Les vaccins sont devenus aujourd’hui monnaie courante pour nos amis les chiens.  De cette manière, on peut prévenir efficacement des maladies canines potentiellement graves telles que la maladie de Carré, la rage ou l’hépatite. Les vaccins réguliers protègent la santé de votre animal. Mais ils peuvent également garder les membres de votre famille en bonne santé.…

Bronchite du chien – Causes, symptômes et traitements.

L’hiver apporte son lot de surprises, comme à chaque année !  Certaines un peu moins appréciables que d’autres, malheureusement. Lors de cette période, différentes maladies peuvent toucher nos amis poilus.  Notamment, la bronchite chez le chien, également appelée broncho-pneumonie. Désignant une infection plus ou moins grave des bronches.  Les causes, symptômes et traitements seront relatifs aux antécédents…

Top 10 des questions sur les chiens

Chaque semaine, nous recevons des milliers de questions de propriétaires de chiens, sur des centaines de sujets allant des questions médicales, à la nutrition, jusqu’à la formation. Les propriétaires d’animaux du monde entier ont souvent les mêmes questions que vous, alors jetez un coup d’œil à celles que nous recevons encore et encore – vous…

Réponses